mercredi 23 juillet 2008

L'Ayurvéda selon le docteur Mahesh Mishra

Dr. Mahesh Mishra (BAMS)
Je suis heureux d’avoir rencontré le docteur Mahesh Mishra, médecin ayurvédique, titulaire du BAMS (Bachelor of Ayurvedic Medecine and Surgery).
Il a bien voulu me recevoir afin de me faire découvrir sa tradition et son histoire.
D’une famille brahmanique de Bénarès, tout petit, Mahesh apprit auprès de son grand oncle, le pandit Lal Bihari Mishra, l’utilisation traditionnelle des plantes indiennes.
Son grand oncle appartient à une lignée de brahmanes remontant au Sage Châraka, connue notamment pour avoir soigné le fils du dieu Krishna. Il apprit l’Ayurvéda en ashram selon le systême de la gurukul (apprentissage de maitre à disciple comme en Grêce antique). Il pratique encore aujourd’hui bénévolement sur les bords du Gange dans la cité sainte de Kashi, ou Bénarès.
Le monde moderne a poussé lui, le jeune Mahesh à privilegier l’Université afin de pratiquer cette médecine. Mais tandis que ses amis s’orientèrent vers la médecine allopathique occidentale, il voulut lui, poursuivre l’œuvre de son grand oncle. Après avoir recut son diplôme à l’Université de Patna (Bihar), il revint à Bénarès, dans l’idée d’approfondir les textes classiques et de fabriquer les médicaments selon les anciens procédés traditionnels. Il obtint ainsi un doctorat à l’Université de Bénares (Banares Hindu University), en processus de fabrication de remèdes ayurvédiques.

Il fonda ainsi avec son frêre Ganesh, une petite « Aushadhalaya » (littéralement « fabrique de médicaments »). L’entreprise a notamment permit la création d’emplois pour les plus démunis de la cité. Elle compte aujourd’hui 10 employés réguliers (sans compter les cueilleurs) et produit pour toute l’inde de purs produits naturels faits selon la tradition.

Les plantes sont bouillies dans une cuve pendant 20 heures sous un feu sacré allumé selon un rituel védique precis


Les femmes fabriquent les pilules a partir du résidu actif de la décoction

Leur petite activité est cependant en danger face aux grosses unités de production pharmaceutique indiennes. Mais ils gardent cependant l’espoir de voir l’Ayurvéda conserver sa spécificité, en tant que médecine reconnue par l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé).
 

 

6 commentaires:

Jais a dit…

Excellent !!! :)

Yann a dit…

Tu as perdu tes cheveux surtout ^^

Marc a dit…

Tu me donnes envie babs ^^.
T'as l'air bien calé!!!

Johanna a dit…

J'espère vraiment que cette médecine ne va pas mourir ! Pté Morgan, t'es en plein flux là ! Flux monstrueux ! Aaaaaaah; il y a trop de flux !

morgan a dit…

Arf, ce soir je vais bosser avec Mahesh. On espere finir la liste des produits disponibles de sa fabrique. Je me demande comment les presenter sur le blog...Par type de pathologie, systeme physique (nerveux, circulatoire, digestif...)?

Vous en pensez quoi???

Yann a dit…

Personnellement, le système physio me semble pas mal (après tu peux faire des sous-rubriques pour les pathologies). Je sais pas si ça t'aide ce que j'écris ...